Accueil > Communauté de communes > Communes > PEYZIEUX

Petite histoire

Histoire de la mairie

La mairie se situe à l’entrée du village. Jusqu’à la révolution, il n’y avait à Peyzieux sur-Saône qu’une chambre de ville, située à l’extrême gauche de la mairie actuelle où étaient conservées les archives.

Au fil des années elle a évolué et actuellement la mairie se situe au 1 er étage du bâtiment dans une grande salle unique qui abrite le secrétariat et fait office de salle de réunions, de mariage, etc...

Mairie de Peyzieux sur Saône

Histoire de la commune

Rue principale de Peyzieux sur Saône

Peyzieux sur Saône, commune rurale comme beaucoup d’autres de la région dont l’origine remonte à la haute antiquité, était située sur une voie très ancienne comme en témoignent les objets de l’âge du bronze qu’on y a trouvés.
Ces objets métalliques et notamment en fer, sont nombreux. La plupart sont en relation avec la vocation agricole du site, lame de faux, serpette, etc...

En 943 sous la dynastie carolingienne, Peyzieux sur Saône était le siège et le chef lieu d’un ager, circonscription territoriale que l’on pourrait aujourd'hui assimiler à un petit canton.

Le nom de Peyzieux viendrait du péage, l’un sur terre, l’autre sur l’eau, exercé sur la batellerie de la Saône par ses deux ports, port de mure et port des trois pigeons.

Le village dépendait du comté de la Bâtie, actuellement lieu-dit de la commune de Montceaux. On apprend aussi que le 12 janvier 1596, Henri de Bourbon - Montpensier, une des plus riches familles de France, souverain des Dombes, avait aliéné la justice, les cens, les services et les autres droits seigneuriaux de Peyzieux à Claude-de-Champier, gouverneur de Dombes et seigneur de la Bâtie. Sur le plan administratif, la communauté dépendait de la Châtellenie de Thoissey.

D’après les textes de l’époque, Peyzieux sur Saône a toujours vécu pauvrement et directement de la terre avec le souvenir de la dernière famine ou la crainte de la prochaine.

Néanmoins, il faut noter dès 1680 le départ sur notre territoire d’une amélioration de l’agriculture, l’acclimatation de la vigne qui devait disparaître par la suite, du maïs, du sarrasin et la mise en place de la mouture du blé.
Peyzieux sur Saône, comme d’ailleurs la commune voisine de Saint Etienne, connut de très nombreuses disettes. Il faut outre celle de 1709 ou moururent de nombreuses personnes, e 1739 et 1740, un nouveau désastre provoqué par de violents orages mêlés de pluies.

Le 24 janvier 1789, une lettre du roi convoqua les Etats Généraux, et le 16 Mai 1789 en assemblée tenue au presbytère de Peyzieux par devant sieur Jacques George, châtelain du comté de la Bâtie, fût rédigé un cahier de doléances paraphé par la communauté à l’intention des députés pour être remis à sa majesté.
Les habitants de Peyzieux n’ont guère pris part aux grands mouvements révolutionnaires. A peine signale-t-on une émeute en août 1792 dans la commune de Genouilleux.

Peyzieux supportera ensuite le tourbillon de l’histoire de France : la 1ere République, l’Empire puis de nouveau la Royauté, la seconde République, le second Empire et enfin la troisième République.
Comme beaucoup de communes de France, Peyzieux sur Saône paya son tribut aux deux guerres mondiales ainsi qu’à l’occupation allemande.